Qui à peur de sortir du nucléaire?

Et ils pleurent de nouveau, les producteurs d’électricité. Ils se lamentent dans le 20 secondes parce que les producteurs français augmentent les prix sur le marché de l’énergie à court terme. Ils crient au scandale dans Der Bund, parce qu’ils ne veulent pas payer plus de cotisations annuelles au fonds de désaffectation pour les installations nucléaires et fonds de gestion des déchets radioactifs provenant des centrales nucléaires STENFO. Ils demandent à être considérés comme too big to fail par peur des coûts de démantèlement de leurs centrales nucléaires. Ils n’arrivent pas à vendre leur “courant vert” parce que les coûts de production sont trop élevés par rapport au prix de l’électricité non renouvelable sur un marché européen en surproduction

C’est dans ce contexte que va se dérouler la campagne pour la votation du 27 novembre 2016 où nous voterons sur l’initiative “pour une sortie programmée du nucléaire”.

RZ_AM_ATOMAUSST_F12_Mutterlitho.indd

Les producteurs d’électricité sont des entreprises privées qui ont pour objectif de maximiser leur profit. Elles ont peur. Elles ont peur d’un oui qui sortira des urnes le 27 novembre prochain. Et ce sont bien les seules qui ont une raison d’avoir peur. Pour les consommateurs que nous sommes tous, pour notre économie, l’initiative n’est pas un risque:

  • Quand on sait que malgré l’arrêt du réacteur de Beznau I depuis plus d’une année la Suisse produit encore plus d’énergie qu’elle n’en consomme;
  • Quand on sait que la somme du courant exporté et importé est depuis 10 ans supérieur à la production de nos centrales nucléaires;
  • Quand on apprend que l’insuffisance de production pour un approvisionnement autochtone est de 210 kWh par an et par habitant et que cela correspond à un panneau solaire de 0.25m2

L’arrêt progressif de nos centrales nucléaires ne met pas en péril notre approvisionnement électrique, d’autant qu’il s’agit d’une sortie programmée et progressive.

Certes, il est possible que le prix de l’énergie augmente légèrement; mais soyons honnètes, nous avons encore tellement de potentiel d’économie d’énergie que nous saurons compenser cette augmentation. De plus, si l’autonomie énergétique est un défi, elle est aussi un fabuleux potentiel pour nos PME pour lesquelles s’ouvrent de nouveaux marchés.

Il n’y a pas de bons arguments pour refuser l’initiative pour une sortie programmée du nucléaire le 27 novembre. Il n’y a que la peur des entreprises électriques de perdre de l’argent. Quant à l’argument officiel qui consiste à dire que la stratégie énergétique 2050 poursuit le même but et qu’elle permet une transition plus supportable pour notre économie, il est bien ironique, quand on sait que les partis de droite annoncent déjà que si l’initiative est refusée il lanceront le référendum contre la stratéfie énergétique 2050!

sortie_nucleaire

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: