La Poste, service public ou racket autorisé par l’état?

IMG_2852

Ding dong, ding dong (le facteur sonne toujours deux fois). J’ai un paquet avec une taxe à payer. 13 francs. Je m’enquiers d’en connaître la raison, la brave factrice n’en sait rien. Je paie ou refuse le paquet.

Bien sûr je paie, parce que je sais ce qu’il y a dedans, c’est un article commandé depuis l’Allemagne. La taxe de 13 francs, je me doute bien qu’elle est liée à une formalité douanière.

Pourtant la valeur est indiquée correctement sur l’étiquette verte et est inférieure au montant soumis à dédouanement et TVA. Une lettre d’accompagnement m’indique la marche à suivre pour obtenir la décision de taxage. Le lien ne fonctionne pas, et pour cause m’indiquer le service clientèle: il n’y a pas de décision, parce que la valeur est inférieure à la limite.

Arnaque?

La poste a bien caché dans ses tarifs pour les envois internationaux de ses clients commerciaux, une position de 13 francs pour vérification sur ordre de la douane (Zollrevision en allemand dans le texte). Parfois, au hasard ou pour une autre raison, la douane demande à la poste de vérifier si la déclaration de valeur est correcte. Et pour cette tâche ordonnée par un service de la Confédération, la poste rackette 13.- auprès du client final, que la déclaration de valeur soit correcte ou que l’expéditeur soit accusable de fausse déclaration!

Rajoutons que:

  • Quand j’ai demandé au service client sur quelle base juridique ils encaissaient ce montant on m’a répondu qu’il n’y en avait pas!
  • La factrice n’avait aucune idée de quoi il en retournait, ne me laissant que le choix de payer ou refuser l’envoi (pour un article que j’avais déjà payé).

Certes, le travail que la poste fournit en effectuant cette vérification pour la douane ne fait pas partie du service universel au sens de l’ordonnance sur la poste (OPO) et que cette dernière doit aussi fixer ses tarifs sur la base de principes économiques.

La douane ne s’intéresse pas au montant que la Poste facture, puisque la facture est adressée au client final. Elle ne fait qu’ordonner une action dans l’exercice de son mandat. En ce sens, cette vérification doit faire partie du service universel, puisqu’en tant que client que je n’ai pas le choix du prestataire de service. Sinon, c’est du racket autorisé par l’Etat à un tarif que La Poste choisit elle-même.

Le service public a du plomb dans l’aile

PS: Ce n’est pas pour profiter d’acheter moins cher que j’ai commandé en Allemagne, mais car l’article spécialisé commandé est commercialisé par une entreprise allemande et qu’il n’y a pas d’importateur officiel en Suisse. (juste pour anticiper celui qui me dira que je n’ai qu’à acheter en Suisse).

Advertisements
Comments
One Response to “La Poste, service public ou racket autorisé par l’état?”
  1. blueedel says:

    Bon bin je suis rassurée, je vois qu’en France et en Suisse, la poste a de l’avenir !!!!

    Like

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: