Le pendulaire (mal)heureux

Les pendulaires sont malheureux titrait la semaine passée un torchon du matin en première page, se référant à une étude vieille de 10 ans sur le sujet. Malheureux car penduler use et fatigue et qu’ils se déconnectent ainsi de toute vie sociale. L’homo rationalis devrait par conséquent renoncer à penduler ou du moins devrait-on l’obliger à renoncer en forçant sa rationnalité à coup de taxe ou de réalité des prix comme le rêve Avenir suisse.

J’avais démontré que penduler n’est en fait que la résultant de deux marchés en échec et qu’il était dès lors absurde de vouloir en faire supporter les coûts à ceux qui y sont forcé.

Serions donc nous malheureux d’être des pendulaires forcés?

En moyenne, nous pendulons 30 minutes par jour et par sens, soit environ 200 heures par année, mais toujours bien moins que les 720 heures de routine.

Après s’être réapproprié le mois de vacances de la routine, le pendulaire pourra s’habituer à vivre ses trajets quotidiens comme des voyages. Et le véritable voyageur ne voyage pas pour arriver. A défaut d’être heureux de penduler on peut au moins ne pas être malheureux et profiter de son voyage, comme si on allait chaque soir en vacances!

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: