Ligne 300: Bern – Visp

Ce matin en sortant de la gare de Bern, la lumière était presque magique : on voyait encore le soleil à travers une fenêtre de foehn au-dessus des Alpes, mais il pleuvait déjà sur la capitale. En regardant à droite en roulant, j’ai vu se découper la silhouette de la ville fédérale en contre-jour. Pour cette deuxième découverte de ligne, je vous emmène de Bern à Visp sur la ligne 300, par le tunnel de base du Lötschberg.

Après avoir passé le pont de la Lorraine sur l’Aar, c’est avant tout le ferrovipathe qui se réjouit : sorties parallèles de la gare, croisements, trains en attente dans le faisceau de Wyler sur la droite. A Ostermundigen, on regardera à gauche : il y a souvent un train de citernes en attente ou un autre train de marchandises. A Gümligen, on ne manquera pas de regarder si l’on voit un tram bleu de la ligne 6 vers Worb Dorf. L’amateur ferroviaire reste en alerte, car il voit sur la gauche la troisième voie jusqu’à la bifurcation de la ligne vers Luzern.

IMG_1829La Vallée de l’Aar : un moment à savourer et regarder par la fenêtre comment l’on se rapproche des Alpes. A partir de Kiesen, on voit bien vers l’avant gauche les 3 bernoises apparaître. L’impression d’être tout petit, mais en même temps comme un retour aux origines et ce blanc immaculé.

En fonçant à 160km/h, l’IC ne met pas long avant d’arriver en vue de Thun. Beaucoup d’hommes suisses se rappelleront de Thun comme la ville où la place d’armes est comme une ville dans la ville. Pourtant, il vaut la peine de s’y arrêter, flâner au bord de l’Aar ou monter sur la colline du château. A Thun, le cœur du ferrovipathe se met aussi à battre : on peut y voir des rames du BLS pour le RER de Bern, mais aussi en direction de L’emmental et Burgdorf. Parfois c’est même une RBDe 566 de la première génération. Et puis il y a presque toujours à gauche en arrivant dans la gare une locomotive de Crossrail, ou louée par Crossrail en attente.

De Thun à Spiez, il faut absolument se mettre à gauche dans le sens de marche : on y voit le lac de Thun avec les Alpes au fond et les falaises du Niederhorn de l’autre côté. On voit bien aussi le pont suspendu de Sigriswil qui enjambe une vallée latérale. Il fait partie du Panorma Rundweg Thunersee.

Mais déjà voilà Spiez où chaque ferrovipathe devrait s’arrêter et prendre quelques photos. Outre les IC vers Brig ou Interlaken, il y verra aussi les rames Lötschberger à destination du Simmental ou de la ligne sommital du Lötschberg, mais surtout tout le trafic marchandise de transit et notamment les fameux trains de ferroutage. D’ailleurs, à droite en arrivant à Spiez, il y a en général quelques voitures d’accompagnement Ralpin qui attendent. Ce sont soit des ex UIC-X, soit des Eurofima UIC-Z1. Au départ de Spiez, la ligne contourne le dépôt du BLS où l’amateur pourra admirer toutes sortes de locomotives. Aujourd’hui j’y ai même vu une Re 425 en passe d’être démolie : c’est aussi ça le chemin de fer.

On s’engouffre immédiatement après dans le tunnel de Hondrich II (II parce qu’il a remplacé l’ancien tunnel de Hondrich). A la sortie de celui-ci, à droite, on voit encore un bout de l’ancien tracé qui fut d’ailleurs utilisé comme raccordement industriel. Quelques kilomètres plus loin, on passe la halte de Mülenen d’où part aussi le funiculaire du Niesen (à voir sur la droite).

Regardez encore les montagnes tant que vous le pouvez, bientôt le train s’engouffrera dans le tunnel d’accès (Engstligetunnel) puis le tunnel de base du Lötschberg long de 34.6km. Vous allez sûrement me dire que le parcours en tunnel n’est pas des plus passionnants. Pourtant le ferrovipathe notera que le tunnel mis en service en 2007 est composé de 3 sections : le premier tiers est un tunnel à simple voie ; le deuxième tiers est toujours un tunnel à simple voie, mais le deuxième tube est excavé et sert de tunnel d’évacuation. Quant au troisième tiers, il est composé de deux tubes parallèles à simple voie. On remarque très bien à la différence de pression le passage de la deuxième à la troisième section. On peut aussi se mettre à la fenêtre à droite dans le sens de marche et essayer de voir la bifurcation.

A la sortie du tunnel, on passe immédiatement par-dessus le Rhône et on rejoint la ligne du Simplon (ligne 100). Mais c’est aussi parfois le moment de la surprise météorologique : alors qu’au Nord du tunnel nous étions sous les nuages, l’arrivée en Valais montre un temps magnifique ! Il est temps de se préparer, dans quelques minutes nous serons à Visp. Et Visp pour le ferrovipathe, c’est aussi synonyme de MGB, l’occasion de faire quelques photos peut-être !

Advertisements
Comments
2 Responses to “Ligne 300: Bern – Visp”
  1. unephotodesquejepeux says:

    MA-GNI-FI-QUE !!!!

    Like

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Gümligen, le train emprunte la ligne 300 Bern – Visp que j’ai déjà décrite. Après Gümligen, notre tain part vers la gauche et monte en […]

    Like



Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: