Supprimer la première classe?

8d935-dsc00593-789333Le rouge après le noir, que des premières classes, plus d’secondes chantait Goldmann. Aline Trede, conseillère nationale verte préférerait des secondes classes pour tous et plus de première.

Abolition des privilèges, voilà une bonne idée de gauche comme on les aime. Pourquoi certains auraient-ils le droit de s’asseoir confortablement dans des sièges plus larges, dans un compartiment avec tapis au sol, alors que le commun des mortels doit s’entasser dans les voitures de deuxième classe au confort spartiate et où il manque régulièrement de la place ?

Parce qu’ils paient pour cette prestation, simplement. En ce sens, le privilège n’est pas la première classe en soi, mais le moyen de se la payer. N’oublions pas que le prix payé par les voyageurs en première classe pour le petit plus de confort est assurément bien plus élevé que les coûts supplémentaires occasionnés par la première classe.

Supprimer la première classe amènerait donc forcément une hausse du prix des billets pour tous. Pas si sociale que ça l’abolition de la première classe.

En revanche, il est vrai qu’il est rageant de voir qu’il y a des voitures de première classe à moitié vides quand on s’entasse en seconde. Alors une certaine flexibilité des la part des entreprises de transport pourrait être attendue : déclassement à court terme d’une voiture de première classe en seconde, le temps d’une heure de pointe ou d’un pic de voyageurs attendu. Cela ce pratique exceptionnellement, mais pourrait encore être étendu.

En attendant, il est aussi possible à très court terme de ce décider pour changer de classe : dans les trains du trafic grande ligne, on peut acheter le surclassement au contrôleur et ceci sans supplément et sans être fiché comme resquilleur.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Advertisements
Comments
4 Responses to “Supprimer la première classe?”
  1. sylvia says:

    en effet, puisque les voyageurs de première participent davantage aux coûts que ceux de 2e, ce sont logiquement les voyageurs de deuxième classe qui sont des privilégiés.
    Un privilège accordé au plus grand nombre, ça s’appelle un progrès social.

    Like

  2. Sully says:

    Quelques calculs simples: Un aller simple Genève Lausanne coute 21.80 en seconde classe et 38.20 en première. Ce qui fait un rapport de 1.75 environs. (les premières classes payent donc 1.75 fois plus cher que les secondes). Pour que les places vides en première classe soient effectivement payées par les personnes qui occupent la première classe, il faudrait que 7 à 8 places sur 10 de première classe soient effectivement occupées (les 3/4). Or, si vous faites l’expérience de prendre le train Lausanne-Yverdon un Samedi à 17h45, vous constaterez que ce n’est absolument pas le cas: En deuxième classe, il y a des dizaines de personnes debout, ou assises entre deux wagons. Alors qu’en première, environs 1/4 des sièges sont occupés (parfois même pas…). Donc: Qui paye les places vides de première classe? Ceux qui ont acheté un billet de première, vraiment? Ou ceux qui sont debout avec un billet de seconde? La première classe serait tout simplement impossible, si la deuxième classe ne la subventionnait pas. Mais cela ne choquera certainement personne, car c’est sur ce principe même que fonctionne notre société. Une poignée de privilégiés profite directement des ressources qu’engendrent les classes inférieures. Merci le capitalisme!

    Like

    • christophe says:

      Avec les mêmes chiffres, on peut faire le calcul suivant: Admettons un train composé de 2 voitures de première classe à chacune 60 places et 6 de 2ème à 88 places (ce qui est réaliste sur Genève – Lausanne en considérant un IR direction Valais constitué de voiture de type unifié IV).

      Capacité: 528 places en première classe, 120 places en première. Admettons que toutes les places sont occupées en 2ème classe et que seulement 1/4 des places de 1ère sont occupées. Si chacun a payé son billet le prix plein, on a 528*21.80 = 11’510.40 et 30*38.20 = 1’146.-

      Si tout ce monde voyageait en deuxième classe, pour atteindre le même montant, il faudrait que chacun paye 12’656.40/558 = 22.68. Les 30 personnes de première classe permettent donc à chaque voyageur de seconde d’économiser près de 90cts sur le prix de son billet.

      La seule chose qu’il faut revoir (mais je le dis aussi dans l’article) c’est éventuellement la répartition entre les classes, voire une solution plus flexible.

      Like

  3. Sully says:

    Joli raisonnement, mais erroné. Car dans votre réflexion, le train resterait tel quel, mais tout le monde payerais le prix de seconde. Or, si on supprime les wagons de première et qu’on les remplace par un nombre de place, en seconde classe, qui correspond au nombre de places effectivement occupées (et qu’on ne laisse pas de places vides exprès pour le confort de certains), on obtient un train plus petit… Dans votre exemple, on pourrait diminuer le train d’une voiture (une et demie si’l existait des demies voitures)… En prenant en compte le cout de l’énergie nécessaire à déplacer ne serait-ce qu’une seule voiture, le salaire des personnes qui doivent la nettoyer et plus simplement l’achat de telles voitures, on arrive à des économies bien plus importantes que les malheureux 500 chf dont vous parlez. De plus, vous ne tenez pas compte du fait qu’il n’est pas rare du tout qu’il y ait en seconde place plusieurs personnes debout (donc en plus des places dont vous avez tenu compte pour votre calcul). Ces personnes payent aussi leur billet. Il faut donc rajouter cet apport. Une vingtaine de personnes debout dans tout le train suffit à compenser les 90 cts par personne dont vous parlez et il y en a souvent plus. de surcroit, ces personnes pourraient aller s’assoir dans la demi voiture restée vide (celle qui a passé du statut de première classe à deuxième). Résultat: Tout le monde a de la place et on fait des économies. Mais il faut bien que l’argent procure des avantages et que ceux qui en ont sachent qu’ils sont supérieurs à ceux qui n’en ont pas. Le contraire serait horrible, notre vie n’aurait plu de sens. Celui-ci devrait se trouver ailleurs que dans la course au profit! A quoi bon gagner de l’argent au dépend des autres, si cela ne me donne pas un avantage sur eux… L’égalité entre les hommes…quelle horreur! Cordialement.

    Like

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: