Les pendulaires-escargots

IMG_0583

Rushhour ce matin en sortant de chez moi: des gastéropodes par dizaines qui se bousculent à leur rythme nonchalant. Quelques minutes plus tard j’étais moi aussi dans le flux des pendulaires à l’heure de pointe. L’occasion de me rappeler l’article qui a paru dans divers journaux et torchons sur l’étalement de l’heure de pointe.

Entente Bernoise a en effet proposé de retarder le début des cours des écoles à partir de la 7ème année ainsi que de l’Université et de faire commencer les fonctionnaires plus tard le travail. Au-delà des cliché (les bernois sont lents, les fonctionnaires en retard croisent dans les escaliers ceux qui partent en avance), l’idée mérite toutefois que l’on s’y arrête.

Imposer des horaires aux fonctionnaires est peut-être une mesure efficace, mais elle ne va à mon avis pas dans la bonne direction. Dans un monde qui vit de plus en plus 24heures sur 24, les services publics sont aussi sollicités sur une plus grande plage horaire. Il vaut mieux augmenter la liberté des horaires : le pendulaire qui a le choix cherchera par lui-même (rationnellement) le train qui lui convient le mieux en terme de relation, mais aussi de confort et de place.

Dans les écoles et universités en revanche, les horaires sont imposés. Dans ce cas, repousser d’une à deux heures le début des cours aura immédiatement l’effet escompté et libérera autant de places à l’heure de pointe. C’est d’ailleurs ce que l’EPFL avait fait à Lausanne il y a quelques années en décalant le début des cours afin de mieux répartir le flux des pendulaires sur le M2.

Une telle mesure ne peut toutefois pas être la panacée : les pendulaires comme la nature ont horreur du vide et les places ainsi libérées seront vite occupées par d’autres pendulaires. Il faut donc compléter une telle mesure par un changement plus fondamental de notre comportement. C’est de manière générale que n9ous devons revoir notre mobilité : habiter plus près du lieu de travail de manière à ce qu’au moins un des actifs du ménage ne doive pas (ou peu) se déplacer, généraliser le télétravail lorsque cela est possible, augmenter la flexibilité des horaires.

Le plus difficile sera bien sûr de faire changer les comportements individuels. Faudra-t-il taxer la mobilité pour la réduire ? Laisser faire le marché ne semble pas suffire, puisque les employeurs ne semblent pas disposés à augmenter la flexibilité des horaires, mais aussi parce que les structures annexes (structure d’accueil des enfants par exemple) n’y sont pas adaptées. On attend donc une intervention claire de l’Etat pour permettre cette évolution de la mobilité avant de viser la révolution vers l’immobilité et ramener le travail à la maison plutôt que d’avoir sa maison constamment en déplacement comme les escargots de mon jardin.

Advertisements
Comments
One Response to “Les pendulaires-escargots”
  1. sylvia says:

    bien torché! surtout la fin. Partante pour la nouvelle mobilité avec 4 jours de télétravail sur 5 et départ décalé.15% de gain d’efficience minimum, en plus de toutes les réunions inutiles qui n’auraient plus lieu ni lieu d’être, et la vie de famille y gagne. La sécurité au travail, la santé au travail et la durée du travail sont garanties par des lois, il faut les compléter par une protection de la qualité de vie. Avec un contingent-mobilité par tête en km, les trains et les autoroutes seront pleins, mais on n’aura pas besoin d’en ajouter.

    Like

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

w

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: