Normal people: l’obsolescence programmée

  • L’alimentation d’un ordinateur qui lâche. Après vérification, il s’agit d’un fusible. Le problème est que le transformateur est construit de manière à ne pas pouvoir être ouvert, le service de réparation propose d’en acheter un nouveau.
  • L’accumulateur d’appareils sans fil est souvent le point faible. Le moteur de la brosse à dent électrique pourrait fonctionner encore pendant longtemps avec un nouvel accu, mais ce dernier est solidaire de l’appareil et ne peut donc pas être changé.
  • Le filtre de l’aquarium se fixe à la vitre à l’aide de ventouses. Il n’est pas possible d’en racheter de nouvelles, il faut changer le filtre.
  • Condensateurs sous-dimensionnés dans un appareil qui ne peut pas s’ouvrir sans dégats irrémédiables.
  • Vis fondues dans le plastique du boîtier rendant impossible toute intervention à l’intérieur.
  • etc.

n_people13

L’obsolescence programmée, c’est ce soupçon que l’on a envers les fabricants, de produire des appareils avec des faiblesses volontaires de manière à ce qu’ils soient plus rapidement hors d’usage et que le consommateurs soit obligé d’en acheter un nouveau. C’est aussi le choix délibéré de ne pas permettre la réparation, de sous-dimensionner les composants, d’obliger le consommateur à jeter le tout quand juste une partie a rendu l’âme.

Tous les producteurs industriels nieront bien évidemment de telles pratiques, ce serait un suicide commercial. L’obsolescence programmée a toutefois pu être démontrée sur un certain nombre de produits dans une étude commandées par les verts allemands. Vous trouverez plus d’informations sur le blog de MURKS? NEIN DANKE! et un lien direct vers l’étude. L’étude montre aussi de manière intéressante que c’est surtout dans la relation B2C (Business to consumer, donc pour les consommateurs privés) que l’obsolesence programmée est utilisée pour augmenter la consommation; dans la relation B2B (Business to Business), les deux partenaires ont en général le même niveau de connaissance et l’achateur ne peut pas être abusé. L’obsolescence programmée est donc un abus de confiance du consommateur!

Parmi les exemples les plus frappants, j’aimerais en citer deux:

  • Dans les cartouches de toner de certaines imprimantes, un compteur de page annonce la cartouche vide après un certain nombre de page. Dans le modèle qui a été testé, c’était après 15’000 pages. Or les testeurs ont pu réinitialiser le compteur 3 fois et imprimer au total près de 50’000 pages!
  • Sur beaucoup de machines à laver le linge, le petit crochet qui ferme la porte est en plastique. C’est un point faible. Le problème est qu’il est impossible de ne remplacer que cette petite pièce: il faut remplacer la porte en entier! Or techniquement, il n’y aurait aucun problème à le faire.

GASPILLAGE! 
C’est pur et simplement du gaspillage. Gaspillage de ressources, gaspillage financier, production exagérée de déchets, pollution inutile!

Que pouvons-nous faire individuellement contre ceci? L’étude citée propose différentes mesures à prendre au niveau de l’information des consommateurs ou en vue de production plus respectueuse. Mais c’est aussi de la responsabilité de chacun de montrer que nous n’acceptons pas cette prise en otage:

  • Comparaison avant d’achter: se renseigner sur internet, comparer avec d’autres utilisateurs les expériences sur une marque: durée de vie, solidité, qualité du service après-vente et de réparation.
  • Réparer au lieu de jeter: si on en est arrivé à ce comportement aberrant des producteurs, c’est aussi en partie la responsabilité des consommateurs qui a souvent préféré acheter un appareil neuf, plutôt que de faire réparer l’ancien.
  • Soutenir les productions locales: l’obsolescence programmée est plus le fait de grandes marques qui peuvent se permettre de perdre éventuellement l’un ou l’autre client. Le producteur local, artisanal ou d’une petite entreprise tient à chacun de ses clients.
  • Acheter en fonction du besoin et non de l’envie
  • Préférer un article un peu plus cher, mais avec une garantie de fonctionnement (et une garantie tout court) plus longue.
Advertisements
Comments
2 Responses to “Normal people: l’obsolescence programmée”
  1. sylvia says:

    . suivre assidûment la mode vintage-récup, et pas que pour les fringues!
    . se former et s’informer auprès des collectionneurs, fervents et mordus qui savent réparer, bichonner et entretenir.
    . et pour l’immobilier? rénover une vieille baraque d’avant 1950 ou construire minergie (P ou PLus) avec bilan écologique positif jusqu’à la démolition comprise, entre les deux point de salut. là, j’ai tout faux.
    . exiger la transparence sur les processus de conception et de fabrication (après tout on les paye).
    . remplir sa vie d’autres choses que d’objets (communiquer, aimer, aider, créer au lieu d’acheter).

    Like

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Ou alors remplacer le matériel qui n’est plus aux normes par du matériel moderne, alors que l’ancien aurait pu encore circuler pendant de nombreuses années. Obliger une entreprise à racheter du matériel roulant parce que les normes évoluent, c’est aussi de l’obsolescence programmée. […]

    Like



Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: