Skyfall: la fin d’une longue convalescence…

skyfall

Je n’ai pas la prétention de devenir critique cinématographique, mais juste envie de vous partager mes impressions après avoir vu le dernier opus de la série James Bond, Skyfall. J’en ai surtout envie, parce que j’ai eu beaucoup de plaisir à voir ce film, particulièrement après le catastrophique Quantum of Solace.

Une note globale de 7.7/10 à mon avis.

Pour un bon James Bond, il faut d’abord James Bond lui-même. Il faut ensuite un scénario à la hauteur, un méchant dans un repaire surréaliste, de l’action, un décor, des gadgets, des phrases à l’emporte-pièce, une scène d’ouverture, un générique et des bond-girls. Voyons ce qu’il en est dans Skyfall…

(promis, je ne dévoile rien de crucial).

Commençons par James Bond lui-même: Daniel Craig n’a pas la classe et le flegme de Sean Connery, ni la désinvolture de Roger Moore, mais pour la troisième fois qu’il endosse le rôle de James Bond, il devient enfin crédible dans le rôle! Il a des sentiments et des faiblesses, mais on le retrouve vraiment aux services secrets de sa majesté. En rajoutant un peu d’humour et d’ironie il arrivera au niveau de Pierce Brosnan. Un bon 7/10 pour son interprétation.

Le scénario… difficile. On sent encore un besoin de se sortir du bourbier de Quantum of Solace, de réinventer la série et des menaces crédibles à l’image d’un monde qui ne sait plus quelle forme prend la menance. On a de la peine à s’accrocher, même si le fil est simple à suivre. Heureusement qu’il y a tout le reste, tout l’unviers James Bond qui sauve le film et surtout l’espoir qu’en ayant tout remis en place, on puisse attendre une nouvelle aire James Bond au prochain opus. 4/10

Le méchant. Tiago Rodriguez (Silva) est magnifiquement joué par Javier Bardem. Il a aussi un repaire digne des meilleurs de la série, sur l’île-ville japonaise abandonnée de Hashima. Dommage que le repaire ne serve pas de coulisse à la scène finale (pour une fois ce n’est pas le repaire du méchant qui explose à la fin). Dommage aussi que le méchant ne fasse qu’avoir pleins de plans machiavéliques mais n’ait pas l’intention de les mettre à exécution. Une vendetta, sa seule motivation. Juste retour des choses peut-être puisque dans l’opus précédent, c’est James Bond qui cherchait à se venger. Un 9/10 pour le méchant mais un 7 seulement pour son plan… ça nous donne un 8/10.

Action et scène d’ouverture: Oui on y croit, avec la scène d’ouverture, la poursuite en moto sur les toits du grand bazar d’Istanbul, le combat sur le toit du train, tout y est. Une des meilleures scènes d’ouverture que je mettrais directement au niveau de celle de Goldeneye. Un 10/10. Le reste du film offre nettement moins d’action et un James Bond qui montre qu’il atteint parfois aussi ses limites physiques. Mais plus d’action n’aurait pas convenu au scénario que j’ai déjà jugé sévèrement. 8/10 pour l’action avec un coup de coeur pour le métro et un truc bien invresemblable (la rame reste entière!) comme on n’en voit que dans les James Bond.

Décors et lieux de tournage: Quelques très beaux endroits naturels ou construits, bien choisis et qui collent parfaitement au film. On note particulièrement Shanghai avec ses gratte-ciels aux éclairages magiques, Macao et son casino flottant et pour finir le décor de Glencoe en Ecosse. James Bond ne nous fait pas rêver sur des plages des Caraïbes, n’escalade pas de montagnes et ne traverse pas la planète de long en large, mais il y a ce qu’il faut. 7/10.

Question gadgets, Skyfall nous laissereait presque sur notre faim: un Walter PPK qui ne réagit qu’à l’emprunte de Bond et un petit émetteur de localisation. Heureusement qu’on retrouve la bonne vieille Aston Martin DB5 avec les gadgets qu’elle avait déjà dans Goldfinger. On découvre aussi dans Skyfall le nouveau Q (Ben Whishaw) dans une scène qui pourrait être un clin d’oeil à l’affaire Thomas Crown, film dans lequel Pierce Brosnan joue le rôle principal. On verra ce qu’il vaut à l’avenir… John Cleese qui apparaît comme remplaçant de Q dans Le monde ne suffit pas me plaisiat bien aussi. 6/10.

Bond, James Bond. On l’attendait, il l’a dit. Au shaker, pas à la cuillère, il ne l’a pas dit, mais on a compris que c’est ainsi qu’il l’a demandé. Tâchez de ramener une partie de cet équipement intact, lancé par le nouveau Q au moment ou Bond s’en va nous le confirme: on est à nouveau dans un vrai James Bond. Les scénaristes iront jusqu’à revenir dans les bureaux classiques de M et Tanner qui dira à Bond “c’est bon, vous pouvez entrer”. Quelques bonnes répliques aussi, même si elles manquent de cynisme. 8/10

Au niveau des femmes, on est loin des cargaisons de bonds-girls de l’aire Roger Moore et il n’y en a que trois qui méritent d’être mentionnées. M, superbement jouée par Judi Dench qui pour une fois a un rôle beaucoup plus présent. A côté de M il y a la femme avec qui Bond couche et qui meurt, Séverine (Bérénice Marlohe) et il y a surtout celle avec qui il ne couche pas: Eve (Naomie Harris). La scène la plus chaude est justement avec cette dernière, et elle donnera certainement à beaucoup d’hommes l’envie de se faire ainsi raser! 9/10.

Le meilleur pour la fin: le générique. J’ai adoré. Pour moi sans aucun doute un des meilleurs moments du film et un des meilleurs si ce n’est le meilleur générique de toute la saga. Chanson d’Adele parfaitement adaptée à l’usage. Un générique dans la plus pure tradition d’images magiques (univers aquatique, armes, enchaînement d’images, etc… ) mais avec en plus une dimension qui nous fait transiter de la fin tragique de la scène d’ouverture au film. En même temps, c’est toute la quête de la renaissance des James Bond qui passe dans ce film avec des images qui font penser aux meilleurs opus (Bons baisers de Russie notamment) et nous font comprendre que la convalesence va enfin prendre fin et le générique ne nous ment pas: c’est bien persuadé que James Bond a un nouvel avenir devant lui que je suis ressorti du cinéma. 10/10 sans hésiter!

Ce qui nous donne une note de 7.7/10 au final et un film que je sais que je reverrai encore plusieurs fois.

Advertisements
Comments
2 Responses to “Skyfall: la fin d’une longue convalescence…”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Skyfall, la série continue l’exploration du passé avec le nouvel Opus qui paraîtra le 11 novembre […]

    Like

  2. […] créateurs d’X-Files semblent comme ceux de James Bond (voir critique de Skyfall) avoir besoin de nous parler un peu plus des personnages principaux et de ce qui les anime […]

    Like



Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: